07-05-2017

Projets Tempus

L’université de Tlemcen, à travers le B.L.E.U. Bureau de Liaison Entreprises Université, a été engagée dans cinq projets Tempus qui sont maintenant achevés  (DEFI , OSMOSE, EU-MILL et EVARECH) en relations avec la thématique relation entreprises université :

  • DEFI Averroès : Développer l'Employabilité dans les Filières d'Ingénierie

http://www.defi-averroes.fr/

Les pays du Sud de la Méditerranée ont un besoin impératif d’améliorer l’employabilité et la formation de leurs ingénieurs dans les 5 prochaines années. Ces mêmes pays souffrent d’un manque flagrant de PME et de TPE viables.

Les universités des pays du sud diplôment de plus en plus d’étudiants que le tissu industriel est réticent à embaucher car leur employabilité est faible, d’où :

  • des jeunes diplômés peu opérationnels : d’après les employeurs, ils nécessitent entre 15 et 36 mois de formation au sein de l’entreprise avant d’être vraiment efficaces ;
  • pour ces mêmes jeunes diplômés, un temps de recherche de plus en plus long avant de décrocher un premier emploi.

Mené avec l’Algérie, le Liban, le Maroc, la Tunisie, la Belgique, l’Espagne et la France, le projet DEFI Averroès a pour partenaires :

  • les Ministères de l’Enseignement supérieur et de la recherche des pays du Sud concernés ;
  • des tandems constitués par les universités d’une part (et leurs écoles d’ingénieur/filières d’ingénierie) et des représentants du monde économique (multinationale/technopole/CCI) d’autre part.
  • OSMOSE : Ouverture Structurée université MOnde Socio-Economique

http://osmose.ensem.ac.ma/partenaires.php

Le projet OSMOSE vise l’amélioration de la relation université entreprise. En effet, pour les établissements d’enseignement supérieur, la coopération avec le monde du travail, et plus généralement avec la société civile, est désormais une nécessité. En Europe, cette prise de conscience, renforcée par le processus de Bologne, a trouvé toute sa place dans la stratégie de Lisbonne (Conseils européens des 23-24 mars 2000 et 25-26 mars 2004) visant à faire de l’Europe la société la plus compétitive au monde. Basée sur le savoir, cette stratégie, implique pour l’université un développement harmonieux et cohérent autour de trois axes fondamentaux, formation, recherche et innovation, ces aspects se retrouvent dans l’Agenda de modernisation de l’université matérialisé par les communications de la Commission (COM(2005)152 et COM(2006)208).

Ce besoin de rapprochement et de collaboration entre l’université en charge de l’“éducation” et les entreprises en charge de l’“économie” représente également une priorité pour les pays du Maghreb de plus en plus concernés par l’adéquation formation emploi et par le rôle de l’université comme locomotive de développement. En particulier après le constat de l’augmentation régulière des diplômés chômeurs et le besoin de plus en plus pressants de cadres qualifiés pour améliorer la compétitivité des entreprises du sud de la méditerranée à la veille de l’ouverture des frontières.

Au Maroc, la loi 01-00 promulguée en 2000 a donné à l’université les bases légales pour engager la coopération université-entreprises. En particulier, l’article 1 de cette loi désigne l’innovation comme l’une des missions essentielles de l’université, l’article 3 aborde les questions de la formation continue et de la contribution au développement global du pays, et l’article 7 précise les outils mis à disposition des universités pour contribuer au développement économique du pays.

En Tunisie, la loi n° 2008-19, promulguée en 2008, et relative à l’enseignement supérieur abonde également dans ce sens, en particulier au travers des articles 2, 7, 8 et 12.

En Algérie, la loi 08-05 du 27 février 2008 a fixé comme objectif l’élaboration de textes réglementaires de création des filiales à caractères économiques auprès des universités. De plus, le Rapport national sur la recherche scientifique et le développement technologique, MESRS du 19-20 mai 2008 page 23, dressé lors des Assises nationales de l’enseignement supérieur et de la recherche recommande la création d’un système de recherche et de développement dynamique s’articulant autour des Pouvoirs publics, des entreprises, des instruments financiers et des Entités de recherche

Le dispositif législatif décrit ci-dessus a permis de créer un cadre juridique indispensable à l’intégration de l’université dans son environnement socioéconomique, mais la concrétisation de cette intégration nécessite la mise en place de structures dédiées et la formation de ressources humaines qualifiées pour favoriser ce rapprochement. De nombreuses actions ont été menées pour atteindre cet objectif.

Le projet OSMOSE propose, à partir des compétences avérées des partenaires européens et de l’expérience acquise par les partenaires marocains et tunisiens dans le cadre des projets Tempus STIMU et UNILINK et de la structuration mise en place par les universités algériennes de formaliser cette démarche et d’en capitaliser les mécanismes.

Les ressources de l’université doivent être rendues plus visibles pour conforter dans la durée le lien entre recherche publique et besoins des industriels. Cet aspect implique la prise en compte permanente des sensibilités et des attentes aussi bien de l’université que des entreprises. C’est pourquoi un des enjeux essentiels du projet OSMOSE consiste à construire des relations de confiance entre l’université et les entreprises afin de réunir toutes les conditions susceptibles d’aboutir à de véritables partenariats structurés et pérennes.

  • EVARECH : Entrepreneuriat et VAlorisation de la RECHerche

http://www.tempusevarech.uae.ma/projet.php

Objectif général

L'objectif global de ce projet est de stimuler des réformes dans les universités pour leur adaptation aux conditions d'une nouvelle économie de marché en mettant en place des incubateurs, des pépinières et des services de transfert technologique.

 Objectifs spécifiques du projet

  1. Diffusion de la Culture Entrepreneuriale auprès des étudiants, diplômés et chercheurs universitaires.
  2. Promotion de l’auto-emploi des diplômés
  3. Aider les universités à s’ouvrir sur le monde industriel et commercial.
  4. Stimuler la génération d’idées entrepreneuriales innovantes.
  5. Réduire la fragilité des jeunes entreprises par un accompagnent institutionnel structuré.
  6. Accompagnement des projets d’entreprises par un réseau transnational d’expert, via l’Incubateur Virtuel International.
  7. Introduire la notion de retour sur investissement dans la recherche scientifique, par l’exploitation de brevets et la création de sociétés technologiques.
  8. Diffusion large des résultats du projet et généralisation aux autres universités non partenaires
  9. Pérennisation des mesures et structures mises en place dans le cadre du projet
  10. L’objectif commun de tous ces Tempus est d’inciter le monde de l’université et le monde de l’entreprise à se rencontrer, à mieux travailler ensemble et à s’enrichir mutuellement.
  •  EU-MILL : EURO-MEDITERRANEAN INTEGRATION THROUGH LIFELONG LEARNING

This project involves 3 European HEIs & 8 PC HEIs in the Southern Neighbouring Area (SNa), as well as student representatives (AISEC&ESTIEM), association of professionals (Forum Cadres Tanger) & the Union of Moroccian Women.

The general objective of this project is to contribute to support the HEIs in the Southern Neighborhood area (SNa) in establishing a lifelong learning (LLL) policy, as a key element for social cohesion and economic development, with the aim of improving the awareness of the role of the HEIs as training actors and contributing to promote an advanced knowledge-based economy.

This project will contribute to setting up a fruitful dialogue between HEIs, and social, educational and professional institutions, on shared analysis and best practice examples from the EU and SNa contexts, giving impetus to LLL curricula design, implementation, monitoring, evaluation and promotion through piloting curricula.

This project will work on the production and exchange of knowledge, innovation and investment in the training of professionals and institutions with the ultimate aim of contributing to the socio-economic progress of the Southern Neighborhood area Finally, this project will not only create a network of the participating Euro-Mediterranean universities, but also will enhance the relation between HEIs and local and regional contexts, developing constructive and collaborative dialogues, and providing the professionals the required updated training and at the same time attracting more sources of funding from the entrepreneurial context.

Policy makers, governments, in particular the Ministries of Education, are expected to enhance strong connections and gain a prominent role in the LLL education at HEI level.

 

  • SEMSEM : Services pour l’Employabilité et la Mobilité sous forme de Stages en Entreprises des Etudiants du Maghreb/Machrek

http://www.semsem.eu

L’acronyme SEMSEM (Services pour l’Employabilité et la Mobilité sous forme de Stages en Entreprises des Etudiants du Maghreb/Machrek) signifie Sésame en langue arabe et fait référence au vieux conte arabe inséré dans les contes persans des Mille et une Nuits : Ali Baba et les quarante voleurs. SEMSEM est le mot magique qui ouvre la porte du trésor

SEMSEM est un programme structurel régional qui concerne 7 pays : Algérie, Liban, Maroc Tunisie, Allemagne, Espagne et France.

En phase avec les priorités définies par la Commission Européenne (Bologne, Bergen, Lisbonne), ce projet a pour ambition de moderniser l’enseignement supérieur dans les pays voisins du Sud et de favoriser la convergence avec l’espace européen de l’enseignement supérieur.

Il vise particulièrement à optimiser l’employabilité et la rapidité d’insertion professionnelle des jeunes diplômés.

SEMSEM est un programme REGIONAL car les problèmes identifiés et les solutions préconisées en Algérie, au Liban, au Maroc et en Tunisie, bien que présentant des degrés divers d’acuité, sont identiques. La plateforme SEMSEM, en mutualisant offres et demandes de stages en provenance des 7 pays, va amplifier la coopération Sud-Sud en encourageant la mobilité internationale.

SEMSEM est aussi un programme STRUCTUREL.

Les ministères des 4 pays partenaires ont été consultés entre Janvier et Février 2013. Ils sont très intéressés par la charte de stages de qualité et les outils de multiplication des stages proposés par SEMSEM, ainsi que les indicateurs prévus qu’ils considèrent comme des outils à utiliser dans leurs préconisations. Les résultats pourraient aller d’une simple recommandation ministérielle officielle, à une circulaire et à l’instauration d’une contrainte nouvelle au niveau des habilitations nationales des formations. Dans cette perspective, le projet SEMSEM a prévu une validation par les Ministères de l’Enseignement Supérieur au fur et à mesure des résultats et une grande campagne de diffusion en 3ème année. Les pouvoirs publics seront fortement impliqués dans les journées nationales de dissémination en relayant les organisateurs pour jouer un rôle de prescripteur

Objectif général

Les deux principaux résultats visés par SEMSEM sont :

  • MISE EN ŒUVRE D’UNE PLATEFORME NUMERIQUE « MULTISERVICES » pour faciliter la recherche, la finalisation, l’accompagnement et le suivi des stages transnationaux en entreprises.
  • FORMATION A L’ENCADREMENT DES STAGES via des ateliers qualité réunissant responsables industriels des stages et tuteurs académiques. Les activités et résultats ont été regroupés par lots.